Tes textes tombent de l'arbre le jour où ils sont mûrs.

*

J'écris pour être à l'heure avec moi-même.

*

Là où tu te tiens, tu n'as comme choix que la mort ou les mots.