Il faut que je saisisse la poignée et que j'ouvre la porte, l'univers me suivra.

*

L'incommensurable paradis, dont tu ne sais presque rien, sauf qu'il ne change jamais.

*

Puisque je ne coule pas, j'en déduis que je flotte et que l'océan m'aime.