Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 18 juin 2018

Jour 169

Tu es un saumon, tu remontes ton fleuve jusqu'à son origine.

*

Je ne me bats jamais, mais je me protège toujours, silencieuse guerre défensive à livrer.

*

En permanence tu essaies d'échapper à l'attraction terrestre, tu veux devenir une fusée.

dimanche 17 juin 2018

Jour 168

Ta vitesse et ton instinct mêlés sont ta force.

*

Les médiocres seront balayés comme un fétu de paille, pour eux le destin est souvent cruel.

*

Absolue confiance dans ta route et dans le cœur qui bat pour le tien.

samedi 16 juin 2018

Jour 167

Apprends à nommer les vraies couleurs de ton existence.

*

Une fois que tu as trouvé ton bateau, tu peux apprivoiser l'océan.

*

Examine ta vie du plus haut qu'il t'est possible.

vendredi 15 juin 2018

Jour 166

Tu traînes le globe entier derrière toi, tu désorbites cette vieille planète.

*

Je sais que j'ai déjà changé le monde, j'ai avalé la montagne

*

Sais-tu quel poids tu pèses vraiment au cœur de l'univers ?

jeudi 14 juin 2018

Jour 165

Laisse ton livre décider s'il veut exister vraiment.

*

Les bons jours, en quelques phrases tu inventes de nouvelles fleurs.

*

Détache ton corps du temps présent, apprends à faire la part des choses.

mercredi 13 juin 2018

Jour 164

Puisque la route est droite et dégagée sur mille kilomètres, tu peux accélérer sans la moindre retenue.

*

Chaque arbre, chaque mur, chaque être vivant et chaque objet mobile s'imprime sur toi, tu es devenu le buvard du monde.

*

Tes pieds pendent dans le vide, tu es prêt à sauter, à changer de continent et à changer de temps.

mardi 12 juin 2018

Jour 163

Là où s'élevait du colza, tu fais pousser de l'or, là où coulaient des rivières, tu fais ruisseler des diamants.

*

Assis dans ton bateau, tu ne crains aucune tempête, les flots te seront encore favorables pendant trois vies au moins.

*

Partout où tu peux, substitue la légende à la vie, bénis tout ce que tu fais.

lundi 11 juin 2018

Jour 162

Tes textes te précèdent, ils savent déjà qu'ils existent avant que tu te sois relu et que tu les comprennes.

*

J'ai désiré un certain futur avec une force et une précision telles qu'il s'est mis à être.

*

La plupart du temps, ton existence est un escalier couvert de pétales de rose.

dimanche 10 juin 2018

Jour 161

Tu précipites l'avenir, tu accélères le monde.

*

À présent que tu as trouvé ta lumière, tu peux écrire ta vie.

*

Ton bolide file plus vite que les autres bolides, et tu ne voyages pas seul.

samedi 9 juin 2018

Jour 160

Tu approfondis ta vie, tu la rends plus dense et lui ouvres d'autres perspectives.

*

Dans la vie nouvelle, rien ne te fatigue vraiment, la moindre heure de sommeil sait te ressusciter.

*

Parce que tu es heureux, n'importe où dans le monde tu es chez toi.

vendredi 8 juin 2018

Jour 159

Trouve celle qui sera l'humour de ta vie.

*

Ton bonheur laisse les médiocres sans voix.

*

Le bleu et le jaune deviennent tes seules couleurs, celles de l'été en cours.

jeudi 7 juin 2018

Jour 158

Le futur te protège, c'est la seule explication rationnelle.

*

À la minute où ça a été nécessaire, les bonnes fées se sont penchées sur toi.

*

Le monde s'offre à toi chaque jour davantage, il te révèle toute sa beauté cachée.

mercredi 6 juin 2018

Jour 157

Tu roules à pleine vitesse sur ton autoroute, tu gagnes sur le futur, tu mets l'horizon à nu.

*

Chaque fois que c'est nécessaire, je plante une forêt.

*

Si les autres corps te semblent si lents, c'est parce qu'ils s'ennuient, qu'ils ne connaissent pas la joie d'être là.

mardi 5 juin 2018

Jour 156

Ta vie est si courte à l'échelle du globe, tu ne dois pas t'égarer, jamais te tromper de route, toujours faire le bon choix.

*

J'ai trouvé comment vivre au milieu du jardin, si je peux je donnerai la recette.

*

Arrivé à un certain niveau de connaissance des mots, tu n'as plus rien à faire, les phrases se combinent toutes seules pour toi.

lundi 4 juin 2018

Jour 155

Là où il n'y a pas de danger, tu ne dois pas avoir peur.

*

Tu vas réécrire le monde, le dessiner cette fois à ton image.

*

Ne tergiverse pas, nomme le ciel chaque fois que tu le vois.

- page 3 de 111 -