Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 18 mai 2020

Jour 139

Toujours à tes côtés, le battement de ton cœur qui rythme la moindre phrase.

*

Tu cours, tu voles, tu nages, tu poursuis jour et nuit ton but, il ne t'échappera pas.

*

Et souviens-toi de la règle d'or : ne jamais s'immobiliser.

dimanche 17 mai 2020

Jour 138

Tu ne poursuis pas ta vie, c'est elle qui te poursuit et s'amplifie malgré toi.

*

J'ai trouvé mon véhicule pour aller aussi loin que je veux, j'enfourche mon vélo intergalactique et je pédale.

*

Attire à toi la plus grande surface réelle possible et absorbe-la.

samedi 16 mai 2020

Jour 137

Tu fais du judo avec ta propre vie, tu déjoues les prises, tu contre-attaques, tu romps l'équilibre adverse.

*

Chaque matin, je transforme l'été en avenir.

*

Tu te règles sur la Terre, la Terre se règle sur le Ciel, le Ciel se règle sur la Voie, et la Voie se règle sur le Cours Naturel.

vendredi 15 mai 2020

Jour 136

Tu retournes le demi-globe, tu mets le monde à l'envers, tu reprends les choses depuis leur vrai début.

*

Ces hurluberlus sont des petits, ils ne méritent pas des phrases, mais tu dois apprendre à te placer hors de portée de leur férule.

*

J'ai passé un accord avec les nuages, ils me prennent à leur bord et je leur montre la voie jusqu'à leur havre.

jeudi 14 mai 2020

Jour 135

Tes alliés sont partout et sont infiniment puissants, ils te soutiennent aussitôt que tu les appelles.

*

La moindre lettre compte, le moindre millimètre est important, le moindre atome décide du sort de tous les autres atomes.

*

Chaque matin, la bêtise du monde m'étonne et me réjouit.

mercredi 13 mai 2020

Jour 134

Comme toujours, les phrases te pressent de les écrire, elles ont besoin de toi.

*

Il reste un tel chemin à faire, la logique voudrait que tu n'y parviennes pas, mais aucune règle ancienne n'a cours dans le monde nouveau.

*

Le tracé de la ville est lui-même la carte au trésor, le plan de toute ta vie.

mardi 12 mai 2020

Jour 133

Plus le vieux monde s'adoucit et plus tu t'endurcis, plus il s'endurcit et plus tu t'adoucis.

*

La peur a vidé les rues aussi vite qu'elle a vidé les têtes.

*

Tu es là depuis si longtemps, cinq siècles, dix siècles, tu as oublié la date de ton arrivée.

lundi 11 mai 2020

Jour 132

Accroche-toi aux phrases autant qu'elles s'accrochent à toi.

*

Tu as la liberté d'aller et venir, la liberté de parler, écrire, penser, rêver, vivre ou mourir, toutes ces facultés qui font de toi un français.

*

Suis ton corps, qui t'emmène là où tu dois aller.

dimanche 10 mai 2020

Jour 131

Tes livres feront de toi un grand peuple, ils te béniront, ils magnifieront ton nom.

*

Tu pourras dire que tu as connu, de ton vivant, cinquante-cinq jours de tyrannie en France.

*

Plus que jamais, la mort ou la liberté.

samedi 9 mai 2020

Jour 130

Tu refondes le calendrier, tu renouvelles le Temps, tu changes les fleurs en fruits.

*

Chaque matin, j'espère ma sortie d'Égypte, elle arrive, je le sais, l'horizon se rapproche.

*

Hélas, le propre des andouilles, c'est qu'elles ne saisissent pas la portée de leurs actes, aussi graves soient-ils.

- page 3 de 127 -