Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 9 avril 2019

Jour 99

Les textes que tu écris décident du reste de ta vie.

*

Tout le monde paie un jour son dû, sauf toi, puisque tu tiens les comptes.

*

Tous les livres contenus dans un seul, voilà ton objectif.

lundi 8 avril 2019

Jour 98

Tu devines déjà qui tu seras bientôt.

*

Je déplace les années par décennies entières, et même par siècles, je récupère le futur pour le mettre au présent.

*

Tu pousses partout où le vent t'amène, ton surnom est l'imprévisible.

dimanche 7 avril 2019

Jour 97

Laisse chaque fois ton cerf-volant s'envoler, il mérite sa liberté.

*

Je décroche les étoiles du ciel, j'en remets de plus belles.

*

Comme l'eau, tu as vocation à régner partout un jour.

samedi 6 avril 2019

Jour 96

Une fois arrivé sous les climats favorables, la lumière te coule naturellement dans les veines.

*

C'est le monde qui te demande de l'écrire, toi tu n'y es pour rien.

*

La moitié des écrivains de cette planète donnerait une fortune pour vivre ce que tu vis et voir ce que tu vois.

vendredi 5 avril 2019

Jour 95

Les étoiles tournent de plus en plus vite, mais ta course les dépassera toujours.

*

L'hiver, davantage encore que l'été, les jardins t'appartiennent.

*

Où que tu sois et quoi qu'il arrive, sois sûr que c'est ta place, car c'est le métier que tu as choisi.

jeudi 4 avril 2019

Jour 94

Tout ce que tu as vécu se jette dans tes livres, comme toutes les rivières un jour dans l'océan.

*

Dès que le soleil veut se coucher, le génie lui intime l'ordre de se lever, et la nuit n'a plus jamais lieu.

*

Tu n'as pas peur du futur, mais lui a probablement peur de toi.

mercredi 3 avril 2019

Jour 93

Tu résistes aux pires ennemis et aux pires malheurs, comme si tu n'étais pas vraiment humain.

*

Peu à peu j'attire toutes les forces de mon côté.

*

Puisse toute ta vie devenir un lieu béni au milieu du monde.

mardi 2 avril 2019

Jour 92

Là où tu vis, le sommeil est devenu superflu, l'éveil règne éternellement.

*

Chaque matin, avant de commencer à travailler, je me survole d'assez haut, puis j'atterris et j'écris.

*

Tes phrases avancent toutes seules, ne songe même pas à les arrêter.

lundi 1 avril 2019

Jour 91

Ta route est tracée et elle court déjà sous tes pieds.

*

Te voilà le dernier être humain sur cette planète, ou plus exactement le tout premier, que des milliards d'autres suivront.

*

Ton second nom est demain, c'est toi le futur, c'est toi ce qui vient.

dimanche 31 mars 2019

Jour 90

Qui es-tu ? Un miroir déformant qui réfléchit la vie.

*

Arrivées au bon endroit et une fois l'heure venue, les choses prennent sens et ce sens change à jamais le monde.

*

Sachant où te tenir, tu n'es pas en péril.

samedi 30 mars 2019

Jour 89

Tu crois que tu dors alors que tu es parfaitement réveillé et que tous les autres somnolent.

*

Je n'écris pas seulement, j'accomplis ce que je dois accomplir.

*

Marche toujours sur le chemin de ta propre vérité.

vendredi 29 mars 2019

Jour 88

Tel le ressac des flots, les lettres te brassent pour que tu produises des mots qui formeront des phrases.

*

Ta voix peut fendre les pierres.

*

Cent personnages participent à la vie d'un unique héros, seul conscient de lui-même.

jeudi 28 mars 2019

Jour 87

Ta libération se tient dans le futur, là se trouve la lumière, c'est là-bas que tu cours.

*

Je sais parfaitement que je ne cesse pas de grandir, mais il n'y a rien que je puisse faire pour arrêter ça, quand bien même le voudrais-je.

*

Tu redonnes une vie à tous ces visages habités, tu clames leur immortalité.

mercredi 27 mars 2019

Jour 86

Quand ils sont lents et lourds, tu es rapide et léger, quand ils sont sombres, tu es toujours plus lumineux.

*

Protège-toi mais reste avant tout concentré sur ton texte, le reste ne te concerne pas.

*

Tu te vois comme un simple récepteur, une main qui transcrit ce que son cœur lui dicte.

mardi 26 mars 2019

Jour 85

Écrire, c'est accepter l'évidence.

*

Laisse venir à toi les textes, atterris en douceur sur ta nouvelle planète.

*

Ici je suis partout chez moi, je peux donc appeler ce lieu ma ville natale.

- page 2 de 130 -