Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 27 mai 2020

Jour 148

Tu ouvres le monde, tu crées une faille par laquelle tu pourras t'échapper.

*

Les phrases sont là pour rééquilibrer le monde, et rendre finalement justice à la lumière parfaite.

*

Puisque tu tiens sur tes deux pieds, il te faut avancer, ne jamais t'immobiliser.

mardi 26 mai 2020

Jour 147

Si tu sais trouver la vérité de ta vie, alors l'écriture n'est plus qu'un jeu d'enfant.

*

Et puisse ton émotion être le miroir du vieux monde, donc la fondation du nouveau.

*

Le jaune et le bleu sont tes deux couleurs : le soleil et son fils le ciel.

lundi 25 mai 2020

Jour 146

Suis le torrent inarrêtable des mots électriques.

*

L'émotion trouve toujours son chemin, la source n'abandonne jamais sa quête de l'océan.

*

Écris la même chose, mais en augmentant le volume sonore.

dimanche 24 mai 2020

Jour 145

Il te reste des millions de portes à ouvrir, et qui n'attendent que toi.

*

Le peuple des mots te porte malgré toi.

*

Tu as trouvé ton paradis à l'abri des autres.

samedi 23 mai 2020

Jour 144

La ligne droite est ta façon d'écrire.

*

Je me contente de représenter le monde, de le donner à voir vraiment.

*

Sans regarder par la fenêtre, tu vois la Voie du ciel.

vendredi 22 mai 2020

Jour 143

La confiance est ta force, le bonheur ton moyen de l'atteindre.

*

Tu installes ton plancher en plein ciel, plus haut que les plus hautes montagnes.

*

Chaque phrase juste constitue un port, un quai, un navire appareillant.

jeudi 21 mai 2020

Jour 142

Tu relies les deux extrémités du globe, tu dépolarises le temps.

*

Comme tout le monde, tu nages en plein océan, mais toi tu en es pleinement conscient.

*

Tu parles avec ton texte d'égal à égal.

mercredi 20 mai 2020

Jour 141

Tu prévois toujours une solution de secours, et ton existence entière y ressemble, s'accomplissant comme par magie.

*

Que l'été soit ton magnifique avenir.

*

Tu mènes contre le monde extérieur une guerre personnelle.

mardi 19 mai 2020

Jour 140

Tu marches sous les arbres, tu as leur protection.

*

Les phrases n'attendent pas, l'urgence les fait naître partout.

*

Tu ne t'écartes pas de ta juste place et tu subsistes longtemps, mourir sans périr c'est la longévité.

lundi 18 mai 2020

Jour 139

Toujours à tes côtés, le battement de ton cœur qui rythme la moindre phrase.

*

Tu cours, tu voles, tu nages, tu poursuis jour et nuit ton but, il ne t'échappera pas.

*

Et souviens-toi de la règle d'or : ne jamais s'immobiliser.

- page 2 de 127 -