Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 7 février 2018

Jour 38

Inverse le crépuscule, transforme-le en aube et révoque la nuit pour toujours.

*

Tu te promènes le long des larges allées de ta jeune existence.

*

Non pas : le monde change donc tu dois t'adapter, mais : tu changes, au monde de s'adapter.

mardi 6 février 2018

Jour 37

J'inspire, j'expire, je vis, j'écris, toujours une seule chose à la fois.

*

Puissent toutes les énigmes se dénouer dans la lecture continue.

*

Je n'ai pas peur de la complexité, celle qui œuvre en moi est bien plus grande que tout ce qui se placera jamais sur ma route.

lundi 5 février 2018

Jour 36

Au cœur du tumulte, tu poursuis ta route silencieuse, de plus en plus lumineuse et large.

*

Ton objectif n'a pas changé : modifier l'air qui t'entoure et rendre l'oxygène sucré.

*

Comment pourrais-tu résister à l'aimant puissant du pays du Soleil-Levant ?

dimanche 4 février 2018

Jour 35

Bienheureux amoureux, ils accèdent instantanément à la vie princière.

*

Souviens toi, celui qui sait où se tenir n'est pas en péril.

*

Insuffler de la vie dans de simples phrases n'est pas une mince affaire, beaucoup de soucis, beaucoup de travail.

samedi 3 février 2018

Jour 34

Souvent, les livres créent leur propres miracles, vraiment inattendus.

*

Tes piliers lancent leurs tabliers, voilà comment tu construis ton pont.

*

Tellement de silence et d'immobilité pour l'écrire, tellement de bruit et d'agitation pour le faire lire.

vendredi 2 février 2018

Jour 33

Une à une tu gravis les montagnes, tu ne t'en étonnes même plus.

*

J'ai une dette envers mes propres livres, je dois les protéger, je dois les soutenir.

*

L'Italie est ton paradis, les Italiennes tes reines, qui font de toi un dieu.

jeudi 1 février 2018

Jour 32

Concentre-toi sur le centre, le cœur, le noyau et la source de tout, et ne parle de rien d'autre.

*

Je travaille en aveugle, il me faut décrire ce que je ne vois pas.

*

Il existe un second monde, parallèle au monde actuel, où tu es le même, mais éternellement heureux.

mercredi 31 janvier 2018

Jour 31

Se méfier de tout, prendre garde aux pièges les moins visibles, et comme en boxe se protéger toujours.

*

Le langage m'entraîne sur des chemins étranges, le long desquels parfois je me crois perdu.

*

Souviens-toi que les impressionnistes trouvaient la vérité dans l'apparente banalité.

mardi 30 janvier 2018

Jour 30

Défends ton territoire sur chaque millimètre, ligne par ligne et lettre par lettre.

*

J'ai construit une machine à transformer les atomes en mots.

*

Les minutes se réduisent constamment, comme des colosses que la distance transforme en grains de sable.

lundi 29 janvier 2018

Jour 29

La vérité t'apparaît puis elle disparaît, c'est une vie par intermittence.

*

Je deviens chaque jour plus riche de souvenirs, je croîs exponentiellement.

*

En décrivant le passé, tu sculptes le futur.

dimanche 28 janvier 2018

Jour 28

Ne t'arrête pas à cette goutte d'eau que tu connais de toi, tu es un océan qui reste à explorer.

*

J'écris par faim de l'inconnu.

*

Heureux celui qui est chaque matin surpris d'être lui-même.

samedi 27 janvier 2018

Jour 27

Cherchant la combinaison de phrases qui parviendra, comme par magie, à déverrouiller la Porte du Ciel.

*

Pour écrire il faut vivre, et pour vivre il faut d'abord lire.

*

Tu ne vois encore qu'un millième du monde nouveau que tu as engendré, et qui t'attend patiemment.

vendredi 26 janvier 2018

Jour 26

Toutes ces émotions précieuses que tu as capturées, à présent te protègent et te guident.

*

Quand je dors, je ne dors pas, je rêve méticuleusement, autrement dit j'écris.

*

Tu ignorais que c'était toi le Fils du Ciel.

jeudi 25 janvier 2018

Jour 25

Mon vrai moteur, c'est le futur.

*

Le monde des rois, la vie princière, l'amour tous les jours et toutes les nuits.

*

Ce que la réalité m'offrira, je le lui rendrai au centuple.

mercredi 24 janvier 2018

Jour 24

Aveuglé par la fatigue, j'avance pourtant droit devant et à vitesse constante.

*

Cent bizarres tunnels, que tu as empruntés par erreur, et desquels tu as passé des heures à t'extraire.

*

Tu attends d'entendre la bonne voix, le bon rire et les bonnes questions, qui te confirmeront la justesse de ta route.

- page 2 de 102 -