Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 4 octobre 2018

Jour 277

Le vieux monde penchait et tu l'as redressé.

*

Je ne suis pas un être humain, je suis un écrivain, ma priorité ce n'est pas la vie, c'est l'écrit.

*

Laisse-toi guider par la musique des songes.

mercredi 3 octobre 2018

Jour 276

Sans relâche tu cherches à atteindre l'étoile que tu t'es choisie, chaque heure tu t'en rapproches.

*

La nuit, tu nages en eaux familières.

*

Malgré tout, tu trouves ton chemin au milieu de mille chemins d'apparence égale.

mardi 2 octobre 2018

Jour 275

Comme si tu étais un dieu qui chaque année engendrait un nouveau dieu plus puissant et plus beau.

*

Tu connais ta place dans le monde : partout, parce que tu bouges sans cesse.

*

Il faudrait que tu consacres la moitié de chaque heure de ton existence à raconter ce que tu as vécu.

lundi 1 octobre 2018

Jour 274

À chaque ligne droite, accélère à ton maximum.

*

Je ne cherche pas à réparer le monde, mais seulement mon pauvre corps et mon pauvre esprit, tout le reste suivra.

*

Deux secondes de tes pensées ne tiennent pas dans le vaste océan.

dimanche 30 septembre 2018

Jour 273

Tu ne te rends pas compte de ce que tu fais ni du lieu où tu es, tu te trouves au Paradis et tu l'as construit.

*

Chaque matin je remercie ce cadeau que la chance m'accorde.

*

Tu marches devant ton propre corps, tu es en avant de toi-même.

samedi 29 septembre 2018

Jour 272

Chaque matin, méthodiquement tu t'occupes de tordre le monde, de le faire pencher dans ton sens.

*

Rester toujours dans le mouvement, ne jamais te tenir immobile, te donner au futur.

*

Les formes jamais vues que tu croises sur ta route, tu les captures dans des livres.

vendredi 28 septembre 2018

Jour 271

Ton futur guérit ton passé et tes phrases abrogent le néant.

*

Je n'échoue jamais totalement, au contraire j'essaie de réussir mieux.

*

La guerre continue, encore et toujours, cette guerre qui dieu merci te maintient en vie.

jeudi 27 septembre 2018

Jour 270

Les phrases t'accompagneront toujours, elles seront tes filles et tu seras leur fils.

*

Je me suis élevé autant que j'ai pu, afin de voir toutes choses de haut, et découvrir leur forme immense.

*

Tu as gagné mais tu ne le sais pas encore, ni toi ni personne.

mercredi 26 septembre 2018

Jour 269

Explore ton nouveau monde comme un papillon né du jour.

*

Chaque matin, tu coures plus vite que l'homme que tu étais la veille.

*

Tu poses une pierre sur une autre pierre, tu bâtis ta montagne.

mardi 25 septembre 2018

Jour 268

Tu sais que chaque nouvelle heure est une chance.

*

Sans cesse l'abîme t'offre son énergie, il te force à le repousser donc il te rend plus libre.

*

Prisonnier d'un exil doré, mais préparant méthodiquement ta fuite, ton retour au plus près de ton cœur.

lundi 24 septembre 2018

Jour 267

Tu coules tel un fleuve impassible, et comme lui, quiconque voudrait te stopper décuplerait ta force.

*

Ramène à toi les milliers de phrases alliées, puis disperse-les à nouveau aux quatre coins du globe.

*

Bientôt le soleil sortira de la Terre, et deux cents autres prodiges, tu y œuvres patiemment.

dimanche 23 septembre 2018

Jour 266

Tu ne perds pas des yeux ton horizon, et tu fais la seule chose que tu saches faire, écrire.

*

Je pousse à l'envers, du haut vers le bas, appelez-moi l'arbre du ciel.

*

Plus que n'importe qui d'autre, tu as mérité ton paradis.

samedi 22 septembre 2018

Jour 265

Chaque matin la vie t'attend comme un océan neuf, imprévisible et illimité.

*

Je fabrique des issues avec une succession de mots, tel est mon métier.

*

Laisse les fous et les folles côtoyer les autres fous et les autres folles, ils sont faits les uns pour les autres.

vendredi 21 septembre 2018

Jour 264

J'ai ma barque amarrée au quai, je m'évade quand je veux.

*

Continue de tracer ton grand dessin sur le sol contre vents et marées.

*

Sans relâche tu cherches à localiser ton cœur, à le palper, l'admirer, le louer.

jeudi 20 septembre 2018

Jour 263

J'ai repeint tout ce qui m'entourait, j'ai tout métamorphosé et j'ai créé des aubes nouvelles.

*

Tu cherches ta voie au milieu de cent voies possibles, mais tu n'hésites pas, tu es déterminé.

*

Chaque jour tu bâtis de nouvelles villes où la vie sera plus douce.

- page 2 de 118 -