Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 4 juin 2018

Jour 155

Là où il n'y a pas de danger, tu ne dois pas avoir peur.

*

Tu vas réécrire le monde, le dessiner cette fois à ton image.

*

Ne tergiverse pas, nomme le ciel chaque fois que tu le vois.

dimanche 3 juin 2018

Jour 154

Les miracles fleurissent là où personne ne les attendait.

*

Tu vis dorénavant selon d'autres règles, celles du futur et celles de ton désir, qui toutes se confondent parfaitement.

*

Sache que le temps présent contient les plus extraordinaires heures de toute ton existence.

samedi 2 juin 2018

Jour 153

Des millions de mots me soutiennent, leur aide ne sera pas de trop.

*

Bienvenue dans ton nouveau monde, l'éternel paradis.

*

Inlassablement je cherche la forme que prendra le futur alentour, celle qu'il prendra pour moi je la connais déjà.

vendredi 1 juin 2018

Jour 152

Laisse-toi glisser sur ta pente naturelle, livre-toi à la joie.

*

D'heure en heure, ta route s'élargit, au point qu'elle envahit bientôt des continents entiers, qui te mènent à leur tour vers ton destin.

*

L'ensemble de ton existence consiste en la révélation progressive de ton être.

jeudi 31 mai 2018

Jour 151

Accorde-toi une vie princière, une vie royale, une vie divine.

*

J'attrape d'une main ferme le barreau supérieur, je me hisse puis je recommence, gravissant lentement l'échelle du ciel.

*

Essayant de faire au mieux, amenant la perfection dans un vieux monde bancal.

mercredi 30 mai 2018

Jour 150

Bâtis ton propre jardin, réservé à de rares corps alliés.

*

Pour comprendre l'état des choses, fie-toi à ton côté pile, les bienheureux en ont toujours un.

*

Tu te consacres corps et âme à l'escalade du toit du monde, c'est là que tu veux dorénavant vivre.

mardi 29 mai 2018

Jour 149

J'ai pris une forme nouvelle, appelez-moi Océan.

*

Tu te nourris de cette ivresse du double qui t'apprend qui tu es vraiment.

*

Je pratique la démultiplication des lettres, je remplis le monde de mots.

lundi 28 mai 2018

Jour 148

Tu entres mortel dans le tunnel des mots, tu en ressors immortel et heureux.

*

Est apparue une force discrète capable de réparer le monde.

*

Créant, par une présence redoublée, une réaction en chaîne qui trace sa propre route.

dimanche 27 mai 2018

Jour 147

À toi de renverser les murs, de percer les montagnes, d'ouvrir une vallée à travers l'océan.

*

Je joue toute ma vie sur quelques semaines, quelques jours, quelques heures, j'ai toujours fait ainsi, le langage décide chaque fois de mon sort.

*

Pierre par pierre, à trois fois la vitesse de la lumière, tu bâtis ton nouveau monde.

samedi 26 mai 2018

Jour 146

Attache-toi à perpétuer le printemps.

*

Parce qu'en toutes choses il recherche le fondement, on dit qu'il est un homme profond.

*

Ton existence, comme une image contenant en puzzle une seconde image que le hasard peut substituer à la première, mutations continuelles.

vendredi 25 mai 2018

Jour 145

Dans cette vie qui est devenue la mienne, on ne s'ennuie jamais.

*

Écris puis oublie tes phrases quelques années, laisse-les vieillir longtemps.

*

Je n'ai pas peur de l'ancien monde, il est mon oxygène, ma source et mon soleil.

jeudi 24 mai 2018

Jour 144

Tout simplement, tu as fait du ciel ton lit.

*

Je suis la petite fusée qui a traversé la Voie Lactée plus vite que la lumière.

*

Tu attends le matin où chacune de tes paroles sera devenue d'or.

mercredi 23 mai 2018

Jour 143

Tu crois diriger ta vie alors que ton vrai maître est le fil de l'eau.

*

L'écoulement du temps fait la part des choses, lui seul distingue le vrai du faux.

*

Ton existence, c'est une surprise toutes les cinq minutes.

mardi 22 mai 2018

Jour 142

Tu as oublié ton départ et tu ignores ta destination, mais tu sais que tu es en déplacement, et cette vitesse te grise.

*

Je ne me pose pas de questions sur les choses qui m'arrivent, je me contente de suivre le devenir de mon corps.

*

Prolonge les droites jusqu'à l'infini.

lundi 21 mai 2018

Jour 141

Chaque minute de ton existence t'a aidé à rejoindre cette étincelle-là, si rare et si vaste.

*

Tu as su survivre jusqu'ici, tu continueras.

*

Chacun de tes livres ressemble à une ville flottante, un paquebot à l'assaut de mers changeantes.

- page 2 de 110 -