Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 4 octobre 2019

Jour 277

Tu n'arrêtes pas de marcher sur le vide et pourtant tu ne chutes jamais.

*

Je n'écris pas des livres, je plante des arbres.

*

Pense-toi comme un éternel futur.

jeudi 3 octobre 2019

Jour 276

La ligne droite t'appelle, la ligne droite t'aime, ne la déçois pas.

*

Reste toujours dans le lit du récit, accompagne son courant.

*

Sans cesse tu t'occupes de garder ta vitesse.

mercredi 2 octobre 2019

Jour 275

Écoute les phrases qui sortent de ta paume, elles sont tes protectrices.

*

Je saisis à pleines mains toutes les forces qui me frôlent et je les fais miennes.

*

Cache-toi toujours plus profondément sous ton manteau de mots.

mardi 1 octobre 2019

Jour 274

Ne lâche pas tes phrases, elles t'emporteront où tu avais besoin d'aller.

*

Tu regardes les trajectoires des comètes dans le ciel, tu les admires, tu les décris.

*

Ne fais pas le moindre mouvement tant que le moment opportun n'est pas arrivé.

lundi 30 septembre 2019

Jour 273

Imite ces fleurs qui ne meurent jamais, et revivent saison après saison, dans les siècles des siècles.

*

Je m'étire pour me déplier et soudain je parviens à remplir l'espace.

*

Avec tes phrases, tu exerces une pression continue sur cet univers, jusqu'à ce qu'il cède.

dimanche 29 septembre 2019

Jour 272

Je n'arrête pas de tourner, décrivant dans ma course des cercles de plus en plus larges.

*

Sois une forêt entière, t'entourant et te protégeant.

*

Je réapprends la lenteur et j'y cache ma vitesse.

samedi 28 septembre 2019

Jour 271

Remets-t'en totalement aux phrases, elles seules triompheront un jour.

*

Dans les pires jungles, tu trouves toujours ta voie.

*

Puisses-tu descendre calmement les fleuves d'or.

vendredi 27 septembre 2019

Jour 270

Tu es un envoyé spécial en enfer, au purgatoire, et au paradis, chargé de visiter et raconter.

*

J'attends la pluie d'argent qui remettra mon canot à flot.

*

Ne te préoccupe pas de l'avis des autres, ton métier consiste à te préoccuper de la seule force des phrases.

jeudi 26 septembre 2019

Jour 269

Pour ne pas périr, sans cesse il te faut agrandir le monde.

*

Parce que tu as écrit, tu es hissé, et protégé, et magnifié, par le royaume des lettres.

*

Tu offres à tous ces pauvres morts la vie éternelle qu'ils ont méritée.

mercredi 25 septembre 2019

Jour 268

Comme tous les écrivains vivants, je m'occupe d'alchimie.

*

Jour après jour tu remontes le niveau des eaux, tu inondes ce vieux monde.

*

Traversant les nuits comme un train sans arrêt.

mardi 24 septembre 2019

Jour 267

Tous les matins tu ouvres la boîte de Pandore et tu te laisses porter.

*

En quelques mots, de tous tes ennemis tu fais des alliés.

*

Rien ne peut arrêter la course de ta langue.

lundi 23 septembre 2019

Jour 266

Ton existence sait ce qui est bon pour toi, laisse-la te guider.

*

Je suis, dans une certaine mesure, soumis aux aléas de la route.

*

Les récits que tu écris te soutiennent et te protègent.

dimanche 22 septembre 2019

Jour 265

Je nage comme je peux, je suis battu par les flots mais je ne sombre pas.

*

Tu crois que l'horizon t'est invisible alors qu'il n'a jamais été aussi lumineux et précis.

*

Je travaille à la disparition de la nuit, à la victoire définitive du bleu sur le noir.

samedi 21 septembre 2019

Jour 264

Fais confiance à tes phrases, ce sont les meilleures alliées.

*

Certains jours, tu as l'impression de vivre dans plusieurs cages à la fois.

*

Travaille ton agilité, encore et encore.

vendredi 20 septembre 2019

Jour 263

Tu traverses les montagnes les unes après les autres, tu ne les comptes même plus.

*

J'aspire aux grandes vacances éternelles et sans condition.

*

Tu oublies où tu as été avec l'écriture, mais la grammaire s'en souvient pour toi.

- page 2 de 69 -