Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 29 novembre 2018

Jour 333

Accroche-toi à ce qui est certain, c'est-à-dire au présent, tes forces en seront décuplées.

*

Je me fonds dans le courant pour passer avec lui par le chas de l'aiguille.

*

Ton objectif : atteindre le paradis des phrases, et y rester.

mercredi 28 novembre 2018

Jour 332

Ne crains pas l'illisibilité du futur, aie confiance dans son penchant favorable.

*

Plus rien n'a d'importance en regard des heures présentes, c'est le principe de lecture, ou celui de vie accomplie.

*

Demande au sommeil de te sauver et il t'exaucera.

mardi 27 novembre 2018

Jour 331

Contre toutes les tempêtes tu tiens ton cap, le seul qui soit, la phrase qui crée la vie.

*

Je viens de très loin mais je vais bien plus loin encore, la route commence à peine.

*

Travaille à la permanence de ton paradis.

lundi 26 novembre 2018

Jour 330

Chaque minute, tes mots avancent et gagnent du terrain sur le monde.

*

Tu trouves toujours une solution pour que les choses prennent une tournure favorable.

*

Le jour venu, et par ta seule action, tu accèdes à la vie princière.

dimanche 25 novembre 2018

Jour 329

Laisse le présent se déplier entièrement, peu importe le temps que cela prendra.

*

Je cherche à réunir le maximum de rire en un seul point, atteindre la concentration ultime de joie.

*

Tu sais que tu peux devenir plus grand, qu'il te suffit de tendre le bras et d'avancer encore.

samedi 24 novembre 2018

Jour 328

Tu es né pour dévier la course du monde, tu n'y peux rien, tu dois vivre avec ça, c'est ton poids et ta liberté.

*

Je veux tutoyer les nuages, les bons jours j'y parviens.

*

Quand tu ris, tu n'hésites pas; quand tu dors et rêves, tu n'hésites pas; quand tu écris, tu n'hésites pas; quand tu te relis, tu n'hésites pas.

vendredi 23 novembre 2018

Jour 327

Bondissant d'une phrase à une autre, d'îlot en îlot, comme un pont réunissant les nombreuses terres éparses.

*

Il faut creuser partout, ne laisser aucun centimètre carré d'espace inexploré.

*

Comme à chaque fois avant d'écrire, tu prends une grande inspiration, tu remplis tes poumons.

jeudi 22 novembre 2018

Jour 326

Te baignant chaque jour dans l'océan des mots et vivant sans effort.

*

Tu cherches la libération, tu sais que tu as résolu l'équation et que le début de tout est proche.

*

Tu écris pour dévoiler le caché, changer la nuit en jour, perpétuer le printemps.

mercredi 21 novembre 2018

Jour 325

Fais confiance à cet océan qui t'accueille et te porte.

*

J'ai bâtis mon abri il y a des années, je m'y replie quand je veux.

*

Tu marches sur l'arête de la montagne, le vide à droite et à gauche, mais tu ris et, parce que tu n'as jamais peur, tu survis.

mardi 20 novembre 2018

Jour 324

Heure par heure tu déplaces le monde, et personne ne s'aperçoit de rien, petite joie.

*

Tu me dis que tu veux mourir ici, mais non, en fait on ne va mourir nulle part.

*

La ligne droite est ta route, large et plus lisse qu'une vitre.

lundi 19 novembre 2018

Jour 323

Qui sait vivre, sait lire, et donc sait écrire, maxime chaque jour vérifiée.

*

Sors du décor et va rencontrer la vraie paix.

*

Qui, hormis toi, peut voir la forme que ta vie trace à la surface du globe ?

dimanche 18 novembre 2018

Jour 322

Tu files sur un canal d'eau calme, tu marches sur le miroir du ciel.

*

L'existence la plus extraordinaire qui soit t'est devenue la plus naturelle.

*

Partout où tu vis, cela devient là-haut, tu bâtis tes propres montagnes.

samedi 17 novembre 2018

Jour 321

Rendre élastique ce vieux monde, le mouler à tous tes désirs.

*

J'aplatis les montagnes, je lisse tout l'existant, je rapproche de moi l'horizon.

*

Occupe-toi de trouver de nouvelles couleurs, d'abord leur nom, ensuite leur nature et les effets qu'elles produiront sur les autres choses.

vendredi 16 novembre 2018

Jour 320

C'est la terre elle-même qui danse devant toi, changée en lumière mobile.

*

Tous les jours tu passes à travers le feu et pourtant tu restes vivant, tu appelles ça écrire.

*

Et bien sûr, le paradis est où je suis quand ma moitié m'accompagne.

jeudi 15 novembre 2018

Jour 319

En permanence tu dois réviser la forme de ton futur.

*

Les mots éblouissants et qui galopent vers toi comme des avalanches.

*

Occupe-toi de réformer le calendrier, d'instaurer l'An 1 de siècles de liberté, de conquérir le ciel en t'y élevant toujours plus haut.

- page 2 de 121 -