Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 7 août 2019

Jour 219

Inutile de chercher à vaincre des sommets, la montagne c'est toi.

*

Amener la douceur des îles jusqu'au cœur des grandes villes, c'est possible, tu t'y emploies ardemment.

*

Épouse la houle et voit où elle t'emmène.

mardi 6 août 2019

Jour 218

Le jour venu, tout est en place et ta route devient instantanément liquide.

*

Je laisse les vingt-six lettres se charger de mon corps, les meilleurs conseillères, les meilleures guérisseuses qui soient.

*

Tu t'occupes de substituer des futurs autres aux futurs actuels.

lundi 5 août 2019

Jour 217

Puisse ta vitesse te faire bondir et enjamber les montagnes.

*

J'ai trouvé ce que je cherchais, cela finit toujours ainsi, l'issue s'ouvre soudain d'elle-même.

*

Attire à toi autant d'atomes que tu pourras, pour les rejeter ensuite modifiés, et changer le monde aussi vite que possible.

dimanche 4 août 2019

Jour 216

Tu avances dans toutes les directions à la fois, comme une étoile qui n'arrête jamais de briller.

*

J'arme le ressort du Temps, le reste ne m'appartient pas.

*

Là où tu trouves un diamant, creuse sans attendre.

samedi 3 août 2019

Jour 215

Souviens-toi que tu es un géant.

*

Le ciel bleu, le soleil et le plein été, voilà un excellent idéal.

*

Écris chaque urgence l'une après l'autre, par ordre de nécessité.

vendredi 2 août 2019

Jour 214

Peu importe qu'il te faille cent vingt ans pour trouver ta voie, tu es d'une infinie patience.

*

J'ai la chance d'avoir sur le visage mille yeux, comme autant de fenêtres ouvertes sur tous les mondes futurs.

*

Tu as la sensation de te déplacer trop lentement, et pourtant les autres corps sont si statiques autour de toi qu'ils semblent reculer.

jeudi 1 août 2019

Jour 213

Quand tu écris, l'aube recommence sans cesse.

*

Béni soit le sommeil, qui t'aide à écrire tes livres.

*

La vérité ne s'annonce ni à l'auteur ni au lecteur, elle surgit.

mercredi 31 juillet 2019

Jour 212

Tu n'es pas pressé, tu as le temps, lorsque c'est nécessaire, les horloges s'arrêtent pour toi.

*

Je ne sais jamais d'où je viens, je me vois comme un être du présent, comme constamment nouveau.

*

C'est parce que tu ignores que tu bouscules tout l'univers, que sans effort tu parviens à le faire.

mardi 30 juillet 2019

Jour 211

Un autre me laisse sa place chaque jour et tout est à réapprendre.

*

Tu as déployé des moyens considérables pour parvenir à tes fins, tu as rattaché à toi le langage tout entier.

*

Toutes ces planètes, toutes ces galaxies, tous ces univers, que j'ai laissés derrière moi au cours des années.

lundi 29 juillet 2019

Jour 210

Puisse le vaste océan te protéger de toutes les haines terrestres.

*

J'ai été dix mille personnes de suite, je me demande où elles sont parties.

*

Tiens fermement les barreaux de l'échelle, saisis-les l'un après l'autre et monte continuellement.

dimanche 28 juillet 2019

Jour 209

Concentre sur toi toute l'énergie du silence, puis renvoie-la en mille feux.

*

Un bon écrivain va toujours là où c'est interdit, il est comme attiré et rien ne le retient.

*

Des centaines de rivières se jetant sans cesse dans l'océan et il n'est toujours pas rempli, des milliers d'heures ajoutées à ta vie et elle n'est toujours pas accomplie.

samedi 27 juillet 2019

Jour 208

Ta destination est une montagne sans égale.

*

Parfois, je sollicite l'aide de mon double dans l'avenir, ce moi futur qui m'observe, m'encourage et me conseille.

*

Chaque livre à écrire est comme une bombe à retardement.

vendredi 26 juillet 2019

Jour 207

Chaque heure tu rencontres du nouveau en toi, l'exploration est sans fin.

*

Tu écris simplement ce que tu dois écrire pour devenir toi-même.

*

Au sortir de la forêt, tu découvriras un jardin royal.

jeudi 25 juillet 2019

Jour 206

Naturellement, tu es comme tous les auteurs, ta mémoire est ton trésor.

*

Je cours à travers la nuit, et aussi vite que je peux.

*

Tu n'as rien à faire, chaque fois c'est la route qui vient à toi.

mercredi 24 juillet 2019

Jour 205

Tu travailles sans arrêt, tel un peintre voulant remplacer la nature.

*

Chaque page prendra la place qui lui revient d'avance.

*

Là où un seul texte était nécessaire, tu en as écrit deux.

- page 2 de 65 -