Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 4 décembre 2019

Jour 338

Attire à toi le moment de la perfection.

*

Tu n'es qu'un relais, un corps conducteur entre une certaine forme de vie et la langue française.

*

À mesure que tu avances en âge, tu te transformes en pur miroir.

mardi 3 décembre 2019

Jour 337

Tu marches et aucun de tes pas n'est jamais inutile.

*

Puissent tes phrases se déplier entièrement au fil des lignes.

*

Les scènes, stoïques comme des immeubles carrés, te font face et attendent que tu les écrives.

lundi 2 décembre 2019

Jour 336

Au moindre vent tu décolles, peu importe que tu ne saches pas encore où aller, tu trouveras.

*

Tous me prennent pour un fantôme, visible nulle part, présent partout.

*

Amène à toi la lumière, qu'elle se déplace et vienne te couronner.

dimanche 1 décembre 2019

Jour 335

Tout ce que tu demandes aux phrases, elles te le donnent.

*

Je remonte le Temps comme on remonte une horloge, je le rénove.

*

Tu mets tes pas dans les traces de l'été.

samedi 30 novembre 2019

Jour 334

Le monde essaie de m'écraser, je dois le renverser.

*

Des forces contraires et titanesques, et seulement quelques milliers de mots pour les pulvériser.

*

Lorsque tu ne vois plus ton chemin, ton chemin te voit encore et te guide.

vendredi 29 novembre 2019

Jour 333

Des milliers de mots si serrés les uns contre les autres qu'ils engendrent un livre.

*

Je ne vis pas, je suis en mission pour la littérature.

*

Tu cherches l'issue cachée derrière l'issue apparente, la clé du labyrinthe.

jeudi 28 novembre 2019

Jour 332

Je cherche le paradis permanent, je travaille à son établissement.

*

La mer ne sait pas inonder, elle ne sait qu'épouser, et emporter tout ce qu'elle a touché.

*

Tu creuses à même la roche, tu transperces la montagne, tu réduis en poudre l'obstacle qui te ralentissait.

mercredi 27 novembre 2019

Jour 331

Chaque matin, je cueille les fleurs du ciel.

*

Tu as vécu toutes ces vies ou tu n'en as vécu aucune, et c'est comme ça que tu écris tes livres.

*

Je peux choisir en moi la date que je veux et puiser, le puits est sans fond et intarissable.

mardi 26 novembre 2019

Jour 330

J'ai laissé mes yeux dans tous les lieux traversés, j'y reviens quand je veux.

*

Tu n'as pas besoin de chercher le chemin, puisque tu es le chemin.

*

Chaque jour, je cours après le ciel bleu.

lundi 25 novembre 2019

Jour 329

Ta vie n'est jamais un hasard, c'est pour cela que tu dois l'écrire.

*

Échouer encore, c'est avoir la chance de recommencer encore.

*

Aussitôt que tu n'as plus peur, tu écris, et tu deviens toi-même.

- page 2 de 109 -