Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 15 décembre 2017

Jour 349

Aussi erratique que semble ton cheminement, il est comme déjà écrit, logique et magnifique.

*

Puisque sans cesse je me gravis moi-même, je deviens mon propre escalier.

*

Tes pensées sont sacrées, tu dois les préserver.

jeudi 14 décembre 2017

Jour 348

Tiens fermement ta barre contre les vents contraires.

*

Je ne connais qu'un chemin vers l'éternité : raconter.

*

Du sommet de ta tour, tu révèles mille intuitions que tu peux démontrer.

mercredi 13 décembre 2017

Jour 347

Tu possèdes la Voie, aussi ne t'en préoccupe pas.

*

Il faut savoir s'échapper, c'est un exercice à peu près impossible, mais avec la bonne méthode et un certain entrainement, la chose peut avoir lieu.

*

Dès que tu le peux, sauve une seconde, une minute, une heure de joie, au milieu de ce monde très fou.

mardi 12 décembre 2017

Jour 346

Le langage jour et nuit te protège, tu vis à l'ombre de ses ailes.

*

Les choses finissent toujours par se dénouer, chaque pièce du moteur trouve sa place et ton livre peut s'achever.

*

Sans cesse tu dresses de nouveaux temples pour de nouvelles déesses.

lundi 11 décembre 2017

Jour 345

Je préfère être à ma place qu'à toute autre place.

*

Pendant que ton premier corps se montre à tous et subit le monde, ton second corps se glisse silencieusement sous les choses et mène paisiblement sa vie personnelle.

*

Je vote pour la suppression de l'obscurité et la permanence de l'été, soleil, brise légère et Méditerranée pour toujours.

dimanche 10 décembre 2017

Jour 344

Le langage est ton dieu et ton serviteur.

*

La nuée des tracas quotidiens, dont tu dois impérativement protéger tes phrases.

*

Chaque nuit ta barque s'immobilise au milieu du lac, et aucun courant n'oserait la déplacer.

samedi 9 décembre 2017

Jour 343

Mille parachutes permanents apprivoisent le vide pour toi.

*

Poète un jour, poète toujours, le langage t'a chaque fois suivi.

*

Obligé de te protéger de ces cyclones invisibles qui en ont emporté tant d'autres autour de toi.

vendredi 8 décembre 2017

Jour 342

Le texte trouve toujours son chemin au travers des hasards.

*

Et si je le voulais, même moi ne pourrais pas stopper ma course.

*

Écoute tes rêves nocturnes, laisse-les te guider dans les phrases.

jeudi 7 décembre 2017

Jour 341

Tout ce qui déborde de toi finit dans tes livres.

*

Appelez-moi l'usine à miracles.

*

Tu attends, amarré au quai, le merveilleux appel du large.

mercredi 6 décembre 2017

Jour 340

Vénère ce qui dépasse le reste, ce qui va plus haut.

*

Je ne regrette rien, j'attends mon avenir avec une folle impatience.

*

Protège ton autoroute, grâce à laquelle tu avances si vite.

mardi 5 décembre 2017

Jour 339

Puisse ton corps embrasser entièrement le globe.

*

Je n'ai rien à craindre, je marche sur mon tapis de phrases.

*

Au cœur de la complexité, tu es chez toi, tu nages dans ton élément.

lundi 4 décembre 2017

Jour 338

Laisse toutes choses s'assembler entre elles pour le mieux.

*

Seul dans ma tour de guet, je vois tout donc je ne m'ennuie jamais.

*

Tu écris en escalier, chacune de tes phrases te fait monter plus haut.

dimanche 3 décembre 2017

Jour 337

Puisses-tu être la clé qui ouvrira toutes les portes, passées, présentes et à venir.

*

Là où tes congénères font cent choses, toi tu en fais dix mille, et pourtant tu devrais être capable d'en faire cent millions, continue de chercher l'issue.

*

L'infini don de la présence de l'autre qui est tout pour toi.

samedi 2 décembre 2017

Jour 336

Si tu sais parfaitement et constamment ce que tu veux, tu deviendras un dieu.

*

Des centaines d'histoires merveilleuses te traversent dès que tu la regardes ? c'est très bon signe.

*

Ce qu'ils ont pris chez toi pour un trot était un grand galop.

vendredi 1 décembre 2017

Jour 335

Reconnais ta chance, approfondis chaque seconde pour mieux en profiter.

*

Je prends ce qui m'est donné, et cette faible part à elle seule me comble.

*

Il suffit de pousser ton voilier jusqu'à l'eau pour pouvoir naviguer, le vent t'est favorable.

- page 1 de 97