Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 23 janvier 2017

Jour 23

Ne crains rien, tu trouveras la solution à temps, le langage y pourvoira.

*

Seule l'intuition géniale pousse à persévérer dans certaines voies qui paraissent sans issue.

*

Les couleurs de ce monde ne vont pas de soi, à toi de les faire revivre.

dimanche 22 janvier 2017

Jour 22

Ajoutant un mot au-dessus d'un autre mot, jusqu'à t'élever au-delà du ciel et quitter ce globe usé.

*

Aussitôt que tu vis vraiment, sans le savoir tu écris, tu prépares le futur récit.

*

L'horizon se dresse pour toi, des collines sortent de terre comme des tombes oubliées attendant ta venue.

samedi 21 janvier 2017

Jour 21

Nager dans le langage, marcher par la grâce des phrases, c'est la seule vie qui vaille.

*

La prairie, la forêt, le ciel bleu et ses petits nuages, n'attendent plus que toi.

*

Par où entrer et par où sortir, sont les deux questions du romancier à l'œuvre.

vendredi 20 janvier 2017

Jour 20

Le monde est né géométrique, personne ne veut l'admettre.

*

Je n'ai aucun moyen de savoir avec certitude d'où je viens, mais j'ai l'assurance de savoir où je vais.

*

Sans cesse tu oscilles entre trois vies : l'action, les rêves et l'écriture.

jeudi 19 janvier 2017

Jour 19

Tentant seulement de faire pencher le monde de ton côté.

*

Au milieu des fous et des mélancoliques, des truands et des fossoyeurs, entre les tours menaçant ruine et les immeubles délabrés, tu continues imperturbablement ta route.

*

Chacun vient jouer son rôle, récite son texte puis fait sa révérence, et tu n'as plus qu'à traduire, mot à mot atome après atome.

mercredi 18 janvier 2017

Jour 18

Les rêves travaillent pour toi, au réveil tu les recopies et le livre est là.

*

Creuse l'avenir jusqu'à ce qu'il soit devenu toi.

*

Tes phrases glorieuses feront courir ta voix, les autres s'effaceront d'elles-mêmes.

mardi 17 janvier 2017

Jour 17

Ne pas pouvoir écrire, ce serait comme voir passer devant toi des choses merveilleuses que ta main ne pourrait pas saisir.

*

Rien ne se perd et peu à peu l'océan se remplit et conquiert les terres.

*

Vivre mille vies à l'intérieur d'une seule vie, voilà un somptueux but dans la vie.

lundi 16 janvier 2017

Jour 16

Tes arbres montent bien plus haut que le ciel.

*

Tournant de plus en plus vite autour de la Terre et la recouvrant bientôt totalement.

*

Sans relâche tu dresses tes bizarres cathédrales que personne ne comprend.

dimanche 15 janvier 2017

Jour 15

Chaque jour le monde à tes pieds est métamorphosé, comme le sable de la plage après chaque marée.

*

Les pages vraiment écrites imposent à tous leur fait accompli.

*

La plupart du temps, à force de patience et après des mois d'efforts, la phrase parvient à ses fins.

samedi 14 janvier 2017

Jour 14

Redémarrer le monde sans relâche, provoquer l'aube.

*

Les romans prennent vie tout seuls, tu n'es que leur témoin, et ils ne meurent jamais.

*

Ce sont les phrases que tu as suscitées qui, à leur tour, entraînent ton corps dans des courses épuisantes.

vendredi 13 janvier 2017

Jour 13

Au loin, derrière dix mille obstacles, se trouve toujours la mer.

*

Parfois tu crois progresser, alors que tu n'avances pas, mais que tous les autres reculent.

*

Avec les années tu es devenu très doué pour la guerre, trop doué même, avec ce si petit corps qui est le tien.

jeudi 12 janvier 2017

Jour 12

Partout où tu iras, ce monde te fera signe, impossible de ne pas lui répondre.

*

Puissent tes phrases se déplier jusque dans leurs conséquences les plus éloignées, d'une taille immense le long du Temps.

*

C'est l'extérieur tout entier qui, à son insu, prolonge le mouvement initial que tu as imprimé à ton corps.

mercredi 11 janvier 2017

Jour 11

Ce que tu contiens en toi est infiniment plus vaste que ce vieux monde qui t'a jusqu'ici contenu.

*

À chaque nouvelle marche gravie, le vertige t'envahit pendant quelques semaines, le temps que tu t'accoutumes à ta nouvelle altitude.

*

Épluche le monde comme une orange d'hiver, cours tout autour du globe.

mardi 10 janvier 2017

Jour 10

Ta limite n'est pas le ciel, ta limite est ta peur et le désir qu'elle domine.

*

J'attends les nouvelles couleurs et les nouvelles senteurs, les nouvelles voix et les nouvelles musiques, et elles viendront bientôt.

*

Les mots sont comme des cadeaux dont tes mains sont pleines, chaque fois que tu écris avec la plus grande sincérité, tu es exaucé.

lundi 9 janvier 2017

Jour 9

Concentre toute la lumière du ciel sur un seul point de ton corps, aussitôt ta vitesse augmentera.

*

J'attends le jour où je verrai dans toutes les directions à la fois, à travers tous les obstacles, et à toute distance.

*

Envoie mille parties de toi dans mille lieux différents.

- page 1 de 75