Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 mars 2019

Jour 83

Ils font de ses phrases leur petit véhicule pour rejoindre la félicité.

*

Venise vit en moi en permanence et pour toujours.

*

Accepte l'offrande que te font les autres corps de leur énergie.

samedi 23 mars 2019

Jour 82

En écrivant, tu révèles une vérité que le monde a tenté d'occulter.

*

J'aime la forme que prend mon corps à l'intérieur du Temps.

*

Tu as décollé et plus jamais tu n'as atterri ensuite, volant jour et nuit pendant des décennies.

vendredi 22 mars 2019

Jour 81

Tu  ne risques pas de te perdre puisque tu es le chemin (en chinois : si la Voie pouvait être quittée, ce ne serait plus la Voie).

*

Je joue avec les cauchemars et tous les démons comme un enfant aux osselets, pour rire.

*

Puisse la beauté de tes phrases envahir le ciel.

jeudi 21 mars 2019

Jour 80

Comme tous les artistes déterminés, j'ai appris à respirer sous l'eau, à m'adapter à tout.

*

C'est parce que tu marches à l'intérieur du Temps que celui-ci peut avancer, en un sens tu le tractes.

*

Je ne vais pas chercher mes romans, ce sont eux qui viennent à moi, et chaque fois sans prévenir.

mercredi 20 mars 2019

Jour 79

La légende te porte, elle ne finira jamais.

*

Parce que tu te tiens au centre du monde, il tourne autour de toi.

*

Une fois parvenues au jour, les phrases finissent toujours par se jeter dans l'océan des lecteurs.

mardi 19 mars 2019

Jour 78

Les phrases décident toutes seules ce qu'elles veulent.

*

C'est malgré moi que je m'imprime sur le monde, que je m'impose à lui.

*

Tu attends les beaux jours, car tu as toujours été l'été.

lundi 18 mars 2019

Jour 77

Tu amèneras bientôt au monde une lumière plus grande que toutes celles qu'il a déjà connues.

*

Ma patience se nomme curiosité infinie.

*

Mille fois tu essaies, une seule fois tu parviens.

dimanche 17 mars 2019

Jour 76

Reste serré sur ton petit ouvrage du jour, sois un, et toujours joyeux.

*

Je déplace tout un monde, j'emporte un univers, et je le remplace par sa suite dont je suis le principe, en un mot j'écris des romans.

*

Curieuse société aux couleurs changeantes, en perpétuel mouvement, et dont la vitesse, musicale, te séduit malgré toi.

samedi 16 mars 2019

Jour 75

Tu marches sereinement, tu sais que le soleil te protège.

*

Les phrases ont depuis longtemps remplacé la vie, et tu fais mine de rien, comme tous tes frères écrivains.

*

Des dizaines de corps vont et viennent tout autour de toi, qui croient te voir et que tu crois voir.

vendredi 15 mars 2019

Jour 74

Plus tu vis pleinement, plus tu creuses en toi et plus tu t'approfondis.

*

Je n'essaie pas de créer des phrases, j'essaie de créer des fleurs.

*

Le monde te résiste moins que tu lui résistes, donc tout va bien.

jeudi 14 mars 2019

Jour 73

Occupe-toi de séduire les lieux que tu traverses.

*

Ton désir est si vaste et ta taille si réduite, que seule la longue durée peut te favoriser.

*

Prends appui sur le sol le plus dur, si tu veux résister aux nombreuses forces opposées.

mercredi 13 mars 2019

Jour 72

L'océan et toi partagez le même dessein, n'avoir aucune fin.

*

Comme je sais que la Terre est ronde et l'Univers courbe, je m'occupe davantage de ma vitesse que de ma direction.

*

Chaque jour ressemble à ton dernier jour, il est donc le plus beau, et tu vas vers le mieux.

mardi 12 mars 2019

Jour 71

Avant de mourir, je prendrai le temps d'écrire.

*

Occupe tout l'espace, colonise la plaine, et qu'il n'y ait que tes mots, qu'il n'y ait que toi.

*

Je ne cours jamais à rebours, je ne me retourne pas, je ne relis pas mes livres.

lundi 11 mars 2019

Jour 70

Tous les jours tu te prépares au grand jour, tu te tiens prêt.

*

Si tu vis, tu écris, et si tu écris, tu lis, tout est lié.

*

Le plus fou labyrinthe ne saurait avoir de secrets pour toi.

dimanche 10 mars 2019

Jour 69

Je sais pourquoi j'ai pris la mer, et je maintiens mon cap, donc il n'y a rien à craindre.

*

Faufile-toi tout entier par un trou de serrure, trouve un chemin là où il n'y avait rien.

*

Je me prépare à l'accélération, j'ai l'habitude des turbulences soudaines.

- page 1 de 128