Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 3 décembre 2016

Jour 338

Tous les jours de ta vie, tu t'emploies à tracer des lignes droites parfaites, les croiser pour créer des points et relier ces derniers entre eux.

*

Puisse la vitesse de la lumière être à la fois ta nourriture et ta création.

*

Comment savoir si c'est toi qui te trouve à l'intérieur du monde, ou si c'est le monde qui se trouve à l'intérieur de toi.

vendredi 2 décembre 2016

Jour 337

Parce que je ne m'attends à rien, tout peut m'arriver, ouverture maximale du ciel.

*

Lorsque tu as écrit une bonne page, le lendemain tu te réveilles à l'autre bout du monde.

*

Je ne demeure jamais le même plus de deux heures de suite.

jeudi 1 décembre 2016

Jour 336

Apprends à mieux profiter de ta considérable fortune.

*

Comme Ulysse, j'ai vécu des heures heureuses sous la protection de la Méditerranée.

*

Tu ne peux jamais deviner où va te mener le chemin de lettres.

mercredi 30 novembre 2016

Jour 335

D'elles-mêmes, les choses qui t'entourent se fixent sur des points qui respectent ta place.

*

Partir en voyage, c'est accélérer l'arrivée du futur, gagner quelque chose d'infiniment précieux.

*

Écarte les futiles distractions qui errent partout en quête d'esprits à coloniser.

mardi 29 novembre 2016

Jour 334

Plus on t'arrose de cette eau commune et comme miraculeuse, plus tu parviens à étendre tes branches et les couvrir de feuilles.

*

Traversant cent murs de suite et trouvant chaque fois des issues là où il n'y avait rien.

*

La seule vérité dont tu te réclames est celle du cœur; les vérités des atomes, de l'espace et du temps, tu peux les déformer.

lundi 28 novembre 2016

Jour 333

Tu n'as jamais de repos, sans cesse tu dois revivre, et donc tu dois écrire, un nouveau jour une nouvelle page.

*

Ils font tous comme s'ils ne te voyaient pas, alors qu'ils ont les yeux braqués sur toi à ton moindre mouvement.

*

Parfois, ton esprit s'égare dans des ruelles très éloignées de ton être profond, rien de grave cependant.

dimanche 27 novembre 2016

Jour 332

La vie accélérée, propulsée par deux cœurs à la fois, jusqu'à atteindre la vitesse de libération.

*

Accroche-toi aux rares après-midis ensoleillées que tu peux attraper.

*

Décoller, se poser, redécoller et encore se poser, toujours recommencer, et entre les deux, l'espace de quelques secondes, réussir à voler.

samedi 26 novembre 2016

Jour 331

Il te faut pêcher le quart de l'océan pour enfin découvrir le poisson convoité.

*

C'est ton inconscient qui écrit le plan de ta vie, génial compositeur.

*

Plonger dans les feuillages en attendant l'océan, disparaître dans le vert sous la bénédiction du bleu.

vendredi 25 novembre 2016

Jour 330

Te déplaçant avec la facilité de l'eau, par la seule grâce du langage.

*

Lentement et inexorablement tu révèles la vraie forme du monde.

*

Dans la muraille existe une porte connue de toi seul.

jeudi 24 novembre 2016

Jour 329

Parce que tu vis, malgré toi tu construis, malgré toi tu écris.

*

Imagine qu'un pays tout entier aura été créé pour toi, de la première pierre jusqu'à la dernière fleur.

*

Quoi qu'il arrive, tu resteras toujours un enfant, ne cherchant qu'à jouer, t'amuser et tout organiser.

mercredi 23 novembre 2016

Jour 328

Trois cents milliards d'âmes nouvelles te rejoignent chaque jour pour s'ajouter à la multitude et t'aider toujours davantage.

*

Perçant la jungle hostile lentement et méthodiquement.

*

Même quand tu te déplaces, tu gardes encore un minuscule toit au-dessus de toi.

mardi 22 novembre 2016

Jour 327

Une quête sans fin, parfaitement rationnelle mais jugée absurde par tous les autres corps.

*

J'ai cherché l'autre monde, je le cherche encore par d'autres moyens, je le chercherai toujours.

*

Le vrai livre s'écrit sans interruption, comme un train qui, non seulement ne peut quitter ses rails, mais ne peut plus s'arrêter ni même décélérer.

lundi 21 novembre 2016

Jour 326

Chaque jour, l'océan t'amène ses poissons, toujours plus différents, toujours plus fascinants.

*

Utilisant l'attraction terrestre pour annuler l'énergie cinétique et négocier mon virage à vitesse maximale.

*

Ton sous-marin ne craint aucune tempête, il lui suffit de plonger un peu plus profond.

dimanche 20 novembre 2016

Jour 325

Joue ta propre musique avec tes propres instruments.

*

Aussitôt que tu as découvert comment modifier la vitesse de rotation du globe, ton pouvoir est devenu perpétuel.

*

Des murailles invisibles t'entourent et te protègent de la vanité du vieux monde.

samedi 19 novembre 2016

Jour 324

Chaque jour tu te lances au-dessus du ravin, comme le simple pont vivant que tu es devenu.

*

Le langage tient ton corps debout, il circule dans tes veines, glissant partout en toi.

*

Toujours planer au-dessus des terres, ne jamais se poser et sans cesse voler, voilà un honnête objectif.

- page 1 de 72