Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 24 avril 2019

Jour 114

Tout ce qui a été écrit de fort doit être donné à lire, voilà la règle d'or.

*

Où vas-tu ? tu ne le sais pas encore et pourtant tu connais déjà ce lieu.

*

Tu ne décores que le sommet de la montagne, telle est ta façon d'être.

mardi 23 avril 2019

Jour 113

Les mots marchent avec moi, et à mon tour je marche avec les mots.

*

Le tunnel que tu creuses sous ce monde est mystérieux mais son issue merveilleuse.

*

J'ai beau avancer avec mille précautions, je sais déjà ce que je dois écrire.

lundi 22 avril 2019

Jour 112

L'existence trouve chaque fois pour toi les issues les plus inattendues.

*

Non seulement tu es une baleine, mais en plus l'océan t'appartient.

*

Tu traverses ta vie encore et encore, du passé au présent, comme si tu cousais quelque chose dans son épaisseur.

dimanche 21 avril 2019

Jour 111

Le jour venu, tu réveilleras les morts et vous marcherez tous jusqu'à la plage et son océan infini.

*

Personne n'a déjà traversé ce que tu traverses là, imagine ta chance.

*

Quand tu vis avec autrui tu n'écris pas, mais quand tu écris tu ne vis pas avec autrui.

samedi 20 avril 2019

Jour 110

Partout où tu iras, ton épopée te portera.

*

Écris d'une main ferme, sans trembler ni t'inquiéter des suites.

*

Tes livres, eux aussi, sont des trains déplaçant des milliers de corps à très grande vitesse.

vendredi 19 avril 2019

Jour 109

Récompense-toi régulièrement, ô héroïque explorateur de ce monde nouveau.

*

Je déforme des pans entiers de l'existant, c'est mon occupation permanente.

*

Tu es l'un des rares êtres conscients de la vitesse à laquelle les choses se transforment, mutation permanente seconde après seconde.

jeudi 18 avril 2019

Jour 108

Résous les problèmes les uns à la suite des autres, le paradis se construira de lui-même.

*

Comme de bien naturel, les circonstances font de toi une légende.

*

Tu es un voilier spécial, ce n'est pas le vent qui te porte, c'est toi qui porte le vent de part et d'autre de l'océan.

mercredi 17 avril 2019

Jour 107

Un jour ou l'autre, tout ce que tu as vécu finit par s'écrire, il n'y a rien qui puisse l'empêcher.

*

Peu importent les détours du chemin, je me rapproche lentement de la plus grande lumière.

*

Tu grandis face à l'adversité mais tu n'as aucun mérite, tes mots sont la source de tout.

mardi 16 avril 2019

Jour 106

Lorsqu'une vision, même fugitive, te bouleverse, impose-toi de l'écrire.

*

Tu renais de la mort sans cesse, jusqu'au jour où tu restes mort et deviens à jamais vivant.

*

Chaque jour, songe que toi aussi tu es une force qui va.

lundi 15 avril 2019

Jour 105

Laisse la tempête oublier ton existence, fais-toi de plus en plus fugace.

*

Souviens-toi que la lumière est née en France, et qu'elle n'y a jamais disparu.

*

Tu poursuis ton épopée malgré toi, chaque jour l'imprévisible et le prolifique.

dimanche 14 avril 2019

Jour 104

Tu marches sur une route jonchée d'étoiles, tu cours la tête en bas.

*

Parfois je penche de quelques degrés vers la droite ou la gauche, alors le paysage m'imite pour garder les choses droites.

*

Fais de ton monde un jardin, ne pense à rien d'autre.

samedi 13 avril 2019

Jour 103

Attends ce moment où le ciel enfin te réfléchira.

*

Chaque jour, j'invente de nouvelles îles.

*

L'une après l'autre, tu ouvres toutes les fleurs que tu rencontres.

vendredi 12 avril 2019

Jour 102

Quand je ne parviens pas à me déplacer, je déplace le monde.

*

Sois une marée qui n'arrête jamais de monter, un océan qui grandit.

*

J'écris ce que je vois, et si je dis tout et je regarde assez, c'est gagné.

jeudi 11 avril 2019

Jour 101

Ce n'est pas seulement parce que c'est ta vie, que tu aimes cette vie.

*

Chaque heure, je reviens de mille mondes différents.

*

Tu résistes aux pires tempêtes comme n'importe quel capitaine, en tenant droite la barre.

mercredi 10 avril 2019

Jour 100

J'ai augmenté ma vie, j'ai ajouté un second soleil au premier, c'était si simple à faire.

*

On croit que tu es encore ici alors que tu es déjà là-bas, impossible de nommer le lieu où tu te trouves, il change plus vite que le temps mis pour le prononcer.

*

Je te donne tout ce que j'ai, c'est ce que je dis à chacun de mes textes.

- page 1 de 130