Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 septembre 2017

Jour 267

Impossible de savoir d'où te vient la force qui te permet d'entraîner à ta suite ces dizaines de milliers de lettres.

*

Tu as pleine confiance, tu vas retrouver l'éternité.

*

Heureux homme, dont le balcon a vue sur une rue toute en reflets d'émeraude.

samedi 23 septembre 2017

Jour 266

Ce qui a d'arriver finit par arriver, les existences sont têtues.

*

J'ai tracé une ligne droite en plein ciel, rien ne me stoppera dans mon ascension.

*

Les mots s'imposent aux atomes, minéraux, végétaux, animaux et humains.

vendredi 22 septembre 2017

Jour 265

Mille péripéties et dix mille anecdotes, qui feront la joie de ta biographe, si elle existe un jour.

*

Décris la route, ce sera déjà beaucoup.

*

Neuf fois sur dix tu dois remercier la chance, le reste c'est du travail.

jeudi 21 septembre 2017

Jour 264

À compter de ce mot, toutes les phrases ajoutées sont sacrées, ainsi naissent les livres.

*

Avant de disparaître de la surface de cette Terre, je mourrai un nombre incalculable de fois.

*

Sois simultanément toutes les rivières se jetant dans l'océan, et peu à peu tu deviendras à ton tour l'océan.

mercredi 20 septembre 2017

Jour 263

C'est toi l’oasis du désert, toi la source du langage.

*

Chaque mot doit être pesé au gramme près, tu as appris à le faire d'instinct.

*

Tu es hélas immortel et inépuisable, ce qui certains jours te lasse.

mardi 19 septembre 2017

Jour 262

Parfois, tu aimerais que la Littérature t'oublie, adieu, tu n'es pas là, tu n'as jamais été là.

*

Le langage est un exercice si facile en comparaison de la moindre action dans le monde physique, évidence légère d'un côté, obstacles glacés de l'autre.

*

Puisse-tu vivre entouré d'océan, couronné par les eaux.

lundi 18 septembre 2017

Jour 261

Sois dans ce monde comme l'océan ouvrant largement les terres.

*

Chaque semaine, tu dois prendre dix décisions qui peuvent changer toute ton existence.

*

Un honnête but dans la vie serait de tirer le plus grand bénéfice possible du temps présent.

dimanche 17 septembre 2017

Jour 260

Tu ne décides jamais des choix de ton cœur, tu es forcé de les suivre.

*

À toi de changer l'existant, la réalité ne pourra pas résister au langage auquel tu t'es allié.

*

En additionnant des millions de secondes, tu construis des cités féeriques.

samedi 16 septembre 2017

Jour 259

Chaque heure, une route nouvelle s'ouvre pour toi au milieu du néant.

*

Mes textes me tirent comme un moteur, je pourrais être mort ils m'entraîneraient encore.

*

Dans ta vie, des choses presqu'impossibles surviennent le plus naturellement.

vendredi 15 septembre 2017

Jour 258

Parce que tu vois ce que personne ne voit, et parce que tu sais offrir aux autres tes yeux, tu dois tout raconter.

*

Fais rouler sous le soleil des vagues d'argent, à volonté et partout.

*

Les extrémités du globe t'appellent sans discontinuer, tu leur réponds parfois.

jeudi 14 septembre 2017

Jour 257

Tu le comprends très vite, lorsqu'une nouvelle couleur est ajoutée au monde.

*

Tout ce qui vit ici a été justement écrit, et mérite d'être lu.

*

Les livres, qui siècle après siècle, éternellement moissonnent les âmes.

mercredi 13 septembre 2017

Jour 256

Chaque jour, par tes phrases tu te découvres inconnu.

*

Avec persévérance tu travailles sur ta machine à joie, tu écris.

*

Construisant une Tour de Babel éternelle.

mardi 12 septembre 2017

Jour 255

Que cherche-tu sans relâche ? à rester toujours extatique.

*

Quoi que nous lui opposions, l'existence nous entraîne où elle veut, et avec la même force que l'attraction terrestre.

*

J'oublie tout ce que j'ai traversé, il n'y a que le futur qui compte.

lundi 11 septembre 2017

Jour 254

Tu fais grandir tout ce que tu touches par tes mots.

*

C'est comme si la trace de tes pas futurs était déjà gravée sur le sol, et qu'il te suffisait de la suivre.

*

Parce que tu as été ému, tu vas émouvoir à ton tour, par la grâce du langage.

dimanche 10 septembre 2017

Jour 253

Puissent tes mots t'apprendre à apprendre.

*

Les livres prennent vie à l'instant précis où ils sont nécessaires au monde.

*

Oublie la prison alentour, le faux labyrinthe et les dangers multiples : compose ta propre musique.

- page 1 de 92