Carnet de Marc Pautrel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 17 novembre 2019

Jour 321

Ne ralentis pas et surtout n'oublie rien, et tout se passera bien.

*

Il ne s'agit rien de moins que créer un nouveau soleil qui se lèvera en supplément de l'autre.

*

Un à un tu résous tous les problèmes, tu trouves toutes les phrases qu'il faut.

samedi 16 novembre 2019

Jour 320

Chacune de tes phrases traîne ton corps avec elle.

*

L'été est encore, l'été a continué, il continue toujours.

*

Lorsque tu écris, quoi que tu tentes, tu as toujours raison.

vendredi 15 novembre 2019

Jour 319

Tu continues ton combat sans répit, calmement, patiemment, longuement.

*

Jour après jour, des portes se ferment, d'autres portes s'ouvrent, tu te présentes à toutes.

*

Une ville émergeant des flots, et les domptant comme un navire insubmersible.

jeudi 14 novembre 2019

Jour 318

Je ne sais rien de ce que je serai bientôt par la grâce des mots.

*

D'où tu viens, seules les phrases sont vivantes.

*

Le moindre espace de ciel bleu te nourrit pour des décennies.

mercredi 13 novembre 2019

Jour 317

Puisse-tu le plus souvent possible te voir comme si tu étais au spectacle.

*

Malgré la fatigue, le soir tu te laisses encore emporter par l'impétuosité des phrases.

*

Descends sur la plage et marche face à l'horizon jusqu'à ce que les eaux t'entourent, attends que l'océan t'adopte.

mardi 12 novembre 2019

Jour 316

Remonte le torrent jusqu'à sa source puis repars jusqu'à l'océan.

*

Repassant mille fois au même endroit, tu entames le rocher et ton pas s'inscrit dans la pierre.

*

Peu importe où tu vas tant que ton avion reste en vol.

lundi 11 novembre 2019

Jour 315

Tu fais ce que tu as à faire, ta vie elle-même passe après ta Vision.

*

Plus que jamais le temps joue pour toi, chaque minute t'enrichit.

*

Tu es à quai, tu attends le prochain bateau pour l'île des bienheureux.

dimanche 10 novembre 2019

Jour 314

Écris tout en continuant de marcher, ne ralentis pas.

*

Dans une phrase réussie, rien de ce qui survient n'est jamais prévu.

*

Tu as conquis toute la surface de la Terre, tu l'as converti à ton euphorie.

samedi 9 novembre 2019

Jour 313

Les phrases savent mieux que toi ce qui est bon pour toi.

*

Je conduis plusieurs voitures, sur plusieurs routes à la fois.

*

À la fin, c'est toujours l'écrit qui gagne.

vendredi 8 novembre 2019

Jour 312

Tu poursuis ta quête et le monde entier à son tour te poursuit.

*

Écrire n'a tout d'abord aucun sens, la vérité apparaît à la relecture.

*

T'éloignant de plus en plus de tous ces corps mortels, te consacrant pleinement aux seuls éternels.

jeudi 7 novembre 2019

Jour 311

Peu à peu, tu fais la lumière en toi.

*

Ta vitesse et ton absence de peur sont des bénédictions.

*

Jour et nuit tu dois tenir fermement la barre pour ne pas t'échouer.

mercredi 6 novembre 2019

Jour 310

Chaque matin il sort de ta main ce que tes yeux ont vu.

*

Je porte mon futur comme la tortue sa maison sur son dos.

*

Tu t'occupes de creuser de nouveaux océans.

mardi 5 novembre 2019

Jour 309

Tu attrapes le squelette de l'être et tu le tires au-dessus du monde pour le poser au cœur du ciel.

*

Régulièrement, tes livres te doublent et te montrent comme tu es lent et combien ils sont vifs.

*

Vois tes phrases comme le pont grâce auquel tu enjambes les uns après les autres les gouffres.

lundi 4 novembre 2019

Jour 308

Par chance, écrire est un art magique, qui se protège et s'engendre lui-même.

*

Fais en sorte que tous les mots courent dans le même sens.

*

Accomplir des merveilles dans les pires conditions, c'est le lot quotidien des écrivains.

dimanche 3 novembre 2019

Jour 307

Quand tu lis, tu voles, c'est aussi simple que ça.

*

Tu marches le jour, tu marches la nuit, parfois tu vois ta route, parfois tu ne vois plus rien.

*

C'est à toi de séparer la terre du ciel, de nommer le haut et le bas.

- page 1 de 71